Les baies hautes du chœur
deux campagnes de réalisation



















Pour découvrir les vitraux, passer la souris sur le plan, sur les parties en orange


La première campagne de réalisation


Les verrières du haut-chœur sont le fruit de deux campagnes de réalisation distantes de quelques années,
qu'une lecture attentive permet de déceler même si, de prime abord, ces œuvres semblent unifiées.

En effet, ces baies montrent en général, au registre inférieur, un évêque suffragant de la Métropole de Reims, accompagné parfois d'une représentation de son église, tandis que le niveau supérieur est occupé par des apôtres. La baie axiale (baie 100), quant à elle, est ornée, dans le registre supérieur, d'une Crucifixion faisant face à une Vierge à l'Enfant et, dans le registre inférieur, de l'archevêque de Reims Henri de Braine, placé à la droite de la façade de son église.


Un second programme magnifiant l'archevêque Henri de Braine


Le nouveau programme, radicalement différent de celui initialement prévu, a pour mission d'exalter l'archevêque Henri de Braine dans sa haute fonction ecclésiale, avec à ses côtés, comme au cours d'une cérémonie conciliaire, ses suffragants.

Cette volonté de magnifier ce prélat, probable donateur d'une partie des vitraux, a certainement un but politique en affirmant sa fonction et son pouvoir face à saint Louis, mais aussi face au chapitre.

Outre de grandes différences dans les traitements stylistiques, une analyse plus poussée révèle des incohérences iconographiques au sein de ces verrières, comme la présence de seize apôtres, et des omissions en ce qui concerne les inscriptions accompagnant les figures de l'entrée du chœur, signes du remodelage du premier programme amorcé.

 

 

Les roses de l'abside


Les roses surmontant ces fenêtres de l'abside sont d'une grande richesse iconographique et stylistique, tout comme celles conservées dans la nef.

Elles ont trait à la vie des apôtres, sauf celle de l'axe consacrée à la Résurrection du Christ (baie 100).
A l'origine, les nombreuses figures des médaillons qui participent à des scènes devaient faire écho aux verrières légendaires des parties basses.