Restauration des grilles et d'un portail en fer forgé
de la cathédrale Notre-Dame de Reims (juin 2008)

 

 

Une partie des grilles qui entouraient la cathédrale, progressivement déposées au cours du XXe siècle, ont été remises en place, au niveau de la rue Robert de Coucy, à l'occasion de la restauration du portail Nord.

Ces grilles et un portail en fer forgé ont été restaurées avec des techniques traditionnelles.

 

 

Les grilles restaurées sur le bas-côté
nord de la cathédrale (juillet 2008)

© DRAC CA

Cliquer pour agrandir

 

 

 


Remise en place d'une grille et d'un portail en fer forgés

Cliquer pour agrandir

La grille, posée sur un mur bahut en pierre de Courville, également restauré, isole à nouveau la cathédrale de la chaussée sur le début de la rue.

Parallèlement, un accès à la cathédrale, pour les personnes à mobilité réduite sera réalisée. Une ouverture va être créée entre les deuxième et troisième contreforts. En prévision, le portail forgé est réintégré à la grille.

Cathédrale de Reims - Tour nord - Avec la grille au début du XXe siècle
Cliché Rothier © Médiathèque de Reims

Cette grille, qui n'est qu'une infime partie de la grille originelle, en impose déjà par ses dimensions : 80 mètres de longs, sur plus de 2 mètres de hauteur et 2 tonnes de fer, auxquels s'ajoute le portail à deux vantaux de 12 tonnes de fer forgé. Déposée dans les années 1990, une restauration d'envergure s'imposait pour lui redonner son lustre.


Utiliser les techniques de forge du XVIIIe siècle

Une restauration placée, comme toutes les interventions sur la cathédrale, sous le contrôle de l'architecte en chef des monuments historiques, Lionel Dubois.

La difficulté résidait dans la nécessité, pour l'artisan sélectionné, d'utiliser les mêmes techniques de forge et d'assemblage qu'aux XVIIe et XVIIIe siècles.

C'est à l'entreprise de ferronnerie et métallerie FD FMI à Châtenoy-le-Royal (Saône et Loire), après un appel d'offre émis par la Direction régionale des affaires culturelles de Champagne-Ardenne, qu'a été confié ce travail difficile, mais passionnant.

 

Détail de la grille en restauration dans l'atelier
de ferronnerie "FD FMI"
© DRAC CA


Il a nécessité, en premier lieu, de restaurer une forge ancienne capable de chauffer au rouge des sections très étroites. Une opération délicate lorsqu'il s'agit de réaliser une mise en forme à la volée, puisque le fer pèse, sur le portail, 40 kg au mètre.

Pendant quatre mois, transportée dans l'atelier de l'entreprise, la grille a fait l'objet de soins attentionnés de la part du responsable de l'entreprise Laurent Falourd et du maître ferronnier Georges Desmurs.

Forge - Atelier "FD FMI" © DRAC CA


Elle a été nettoyée à la brosse métallique, la forge ancienne restaurée, puis le travail s'est décliné en clavetage - goupillage, le perçage et le façonnage des pièces. Chaque élément a été numéroté afin de faciliter le remontage.


Le portail devant être refait à l'identique de l'existant, l'artisan a utilisé des techniques traditionnelles : rivetage, clavettage, vissage et soudage à chaud. Les barreaux ont été réalisés directement à la forge, avec planage au marteau.

 

 

Grille en restauration dans l'atelier de ferronnerie - Atelier FD FMI

© DRAC CA


Transmettre les techniques anciennes


La société a assuré le montage des grilles et du portail, une opération qui a été visible de tous. En effet, une forge ancienne en bois a été installée sur le parvis de la cathédrale pour réaliser les travaux d'assemblage des grilles et du portail (chauffe des rivets de pose), mais également pour proposer au public une démonstration de ferronnerie.

Forgerons au travail - Atelier " FD FMI"
© DRAC CA

Ainsi, pendant deux semaines, chaque jour, les artisans ferronniers ont proposé des démonstrations de réalisation d'armes médiévales, de couteaux de volutes, de renflement, de rivetage à chaud, de torsades, etc.

Une façon vivante de préserver des gestes anciens que l'entreprise veille à transmettre, même si elle emploie parallèlement des techniques à la pointe de la modernité.