La statue de l'Homme à tête d'Ulysse :
restauration et copie

 

 

La restauration et la copie de la statue de l'Homme à tête d'Ulysse s'inscrivent dans le cadre de la restauration du portail nord de la façade occidentale, menée par la direction régionale des affaires culturelles de Champagne-Ardenne depuis 2007.

Cette statue, comme celle de la Reine de Saba qui a fait l'objet du même traitement et de Saint-Rigobert, restaurée in situ, fait partie d'un ensemble de sculptures décorant l'éperon nord de la façade, considérée comme un exemple majeur de la sculpture monumentale du XIIIe siècle.


La copie de l'Homme à tête d'Ulysse a été réalisée grâce à un nouveau concept d'assistance au geste, une évolution technique importante dans le domaine de la restauration des monuments historiques.
Elle permet en effet le relevé numérique de l'original, sans qu'il soit nécessaire de toucher à la sculpture.
Outre un gain de temps, l'archivage des données s'en trouve facilité.

 

La Société des Amis de la cathédrale de Reims a souhaité participer, dans le cadre de ses actions de mécénat, à la réalisation de la copie des statues de la Reine de Saba et de l'Homme à tête d'Ulysse.
L'opération, d'un montant de 360 400 €, a été pris en charge à hauteur de 200 210 € par l'association et de 160 190 € par la direction régionale des affaires culturelles de Champagne-Ardenne.

 

 

Etat sanitaire de la statue

 

Un constat réalisé à la nacelle en 1998 avait souligné l'état alarmant de cette statue-colonne.
De nombreuses pièces recollées dans les années 1920 se détachaient, des fissures nouvelles étaient apparues, tandis que la corrosion des goujons, cerclages et agrafes en fer, censés retenir le bloc, ne faisait qu'en aggraver l'état.

Les désordres les plus urgents à traiter étaient de deux ordres :

- l'ensemble des drapés du buste avait commencé à se fissurer et à se détacher du reste du bloc et la sculpture risquait donc de perdre une partie de ses reliefs,

- la statue était fissurée de sa colonne sur l'arrière et s'en détachait sur toute la hauteur, au point que la pierre avait cédé au niveau des chevilles ; la console, en-dessous, s'en séparait progressivement.

 

La restauration

 

C'est donc dans le cadre d'une procédure d'urgence que la dépose et le remplacement de cette statue ont été décidés. L'original a été déposé, consolidé, puis placé provisoirement à l'intérieur de la cathédrale de Reims avec la Reine de Saba (septembre 2007), avant leur dépôt définitif au palais du Tau (printemps 2009).

 

 

 

La copie

 

De même que sa voisine la Reine de Saba, l'Homme à tête d'Ulysse a profité de l'existence d'un moulage pris en 1881 et conservé à la Cité de l'Architecture et du Patrimoine à Paris.
Bien moins endommagé qu'elle lors de la Première Guerre mondiale, son moulage renseigne de ce fait moins de parties aujourd'hui disparues. Cependant, par souci de cohérence, il a également été choisi de partir de ce témoin moulé et de restituer l'état de 1881.

Une numérisation en trois dimensions du moulage a été entreprise, à l'image de ce qui a été fait pour la Reine de Saba. Elle constitue le matériau principal permettant au sculpteur de copier les formes à reproduire, ceci au moyen d'une machine numérique d'assistance au geste : le bras articulé indique au sculpteur, pour chaque partie, la distance à laquelle il se trouve de la surface à reproduire.