La Reine de Saba : Le travail du sculpteur
du virtuel à la pierre

 

Une sculpture réalisée grâce à un système d'assistance au geste

 

Extrêmement dégradée et dans un état de fragilité générale, la statue de la Reine de Saba, située au portail nord de la façade occidentale, a dû être déposée et placée provisoirement à l'intérieur de la cathédrale de Reims, avant son dépôt définitif au palais du Tau (printemps 2009).

Pour la remplacer, une copie a été réalisée, qui a utilisé, pour la première fois, un procédé d'assistance au geste par ordinateur, mis au point par la société "7Dworks".

 

 

L'approche des formes

 

Une fois le bloc de pierre sélectionné et découpé (il s'agit de la pierre de Courville), l'entreprise Léon Noël entreprend le dégrossissage, à l'aide du relevé numérique, réalisé sur un moulage de la statue.

 

Le sculpteur travaille à partir d'un relevé informatique d'un moulage de la statue datant de 1881 et conservé à la Cité de l'Architecture et du Patrimoine (Paris).

 

Le relevé de l'original a été réalisé numériquement, sans toucher à l'original, permettant un archivage numérique des données plus facile et un gain de temps par rapport aux techniques traditionnelles.

Le travail du sculpteur

 

Le sculpteur Leandro Berra conserve ses outils traditionnels. Le système, sans se substituer au geste du sculpteur, utilise les capacités de ce dernier, en le guidant de l'ébauche à la finition, grâce à un bras articulé et un écran lui offrant une précision de l'ordre de 0,05 mm. Le modèle, obtenu par digitalisation sans contact, est affiché à l'écran et peut être librement positionné et mis à l'échelle dans le bloc de matière.

Détails de la sculpture achevée

 

Le système préserve les compétences du sculpteur, ainsi que sa méthodologie de travail, sur des pièces allant jusqu'à quelques millimètres.