Les vitraux de Brigitte Simon

 

 

Cliquer pour agrandir

Née à Reims en 1926, Brigitte Simon travaille d'abord avec son père Jacques Simon, maître-verrier, puis à Paris, où elle fait la connaissance de Charles Marq qu'elle épouse en 1949.

En 1961, elle réalise son premier vitrail pour la cathédrale de Reims, avant de créer des œuvres pour la nef de Saint-Philibert de Tournus, la collégiale Notre-Dame de Vitry-le-François et la cathédrale de Nantes.

Entre 1971 et 1981, elle exécute à nouveaux plusieurs verrières pour les bras sud et nord du transept de la cathédrale de Reims.

 

 

Brigitte Simon

L'eau vive (1961)
© Pascal Stritt, 2007

 

 

Le vitrail des fonts baptismaux (1961)
L'eau vive

 

Au début des années 1960, Brigitte Simon réfléchit à une verrière destinée à être posée au-dessus des fonts baptismaux, dans le bras sud du transept.

Malgré une vive opposition des rémois, son projet est d'abord soutenu par Jacques Dupont, inspecteur général des Monuments historiques, puis par André Malraux qui donne l'aval définitif du ministère de la Culture lors d'une visite à Reims.

 

Influencée par la découverte de l'Ardèche, quelques mois auparavant, Brigitte Simon réalise une œuvre abstraite qui s'intègre à la fois aux tons très clairs de la pierre de Courville, tout en reprenant la tonalité des grisailles des fenêtres hautes du XIIIe siècle.



Intitulée L'eau vive, la verrière évoque, par des gris bleutés, les reflets d'un fleuve. Le financement de ce vitrail est partagé entre le mécénat de la Société des amis de la cathédrale et l'Etat.

Brigitte Simon

Grisailles (1981)
© Pascal Stritt, 2007

Cliquer pour agarndir

 

 

Les grisailles des bras nord et sud du transept (1971-1981)
Le feu, la terre et l'air

 

Cliquer pour agrandir

En 1971, suite à une proposition de la fondation Singer-Polignac, Brigitte Simon exécute deux maquettes pour des vitraux destinés au bras sud du transept et reçoit l'autorisation de l'inspecteur général des Monuments historiques, Jacques Dupont, de les mettre à exécution.

Entre 1978 et 1981, elle répond à la demande d'un donateur proposant d'offrir un vitrail pour la première chapelle nord du déambulatoire de la cathédrale.

Les grisailles qu'elle réalise pour ces deux commandes évoquent le feu, la terre et l'air, trois des éléments qui font écho à l'eau symbolisée plus tôt dans le vitrail des fonts baptismaux.

 

 

 

 

Brigitte Simon

Détail d'une verrière
© Pascal Stritt, 2007